La Nuit Pastel en avant-première pour le GEM Horizons

Au GMEA, avec Hélène Lapeyrere

La Nuit Pastel, qui a lieu tous les ans au mois de juin, est devenu un événement incontournable dans l’Albigeois, axé sur la découverte artistique avec une ouverture gratuite des lieux culturels à cette occasion. Dans ce cadre, le Centre d’Art Le LAIT et le GMEA constituent des figures de proues concernant la création contemporaine tarnaise.

Le GEM, le LAIT et le GMEA, des liens anciens et promis à un bel avenir : 

Les deux instances ont créé au fil du temps des liens avec le GEM Horizons. Aussi, c’est fort naturellement que Marion Popard du GMEA et Hèléne Lapeyrere pour le LAIT, toutes deux en charge des publics, ont invité les gémois à venir découvrir en avant-première la programmation de la Nuit Pastel. C’était mercredi dernier et les adhérents ont répondu à l’invitation. Ils étaient six accompagnés d’Alain (coordinateur) et de Ghislain (bénévole) pour vivre une après-midi d’éveil des sens et d’intiation à la culture contemporaine au travers des scuptures sonores de Rolf Julius ou des tableaux réalistes de l’artiste roumain Serban Savu.

Au LAIT, avec Nina Cheriki, chargée de médiation

Au GMEA comme au LAIT, les gémois ont apprécié les qualités didactiques d’Hélène, de Jérôme et de Nina. L’accueil souriant et chaleureux les a touchés, ce qui n’est pas étranger non plus au professionnalisme d’Anissa, chargé de ce pôle au LAIT.

Une volonté associative assumée : 

Si le GEM Horizons souhaite faire bénéficier aux adhérents d’une grande variété d’activités sportives via le CDSA81 ou l’association Sports à La Page, il n’en reste pas moins mobilisé sur l’accès à la culture, ici par le support de la création contemporaine, qui est propice à l’imaginaire.

Ce secteur a souvent une image élitiste, assurément à tort. La preuve en est : les équipes du LAIT et du GMEA ont cherché depuis longtemps à toucher le public du GEM Horizons. Du point de vue du groupe d’entraide mutuelle, il s’agit de repousser les limites : celles de la souffrance psychique, qui éloigne trop souvent de la culture, qui est pourtant le lieu d’accès à la compréhension du monde, des autres, et de soi-même. Libérer de la solitude passe par la sociabilisation mais également par l’ouverture des esprits, qui se sont, mercredi dernier, grâce au LAIT et au GMEA, une nouvelle fois, éclairés à la lumière d’une programmation de grande qualité.