ETRE – ADEPAPE 81, nouveau parrain du GEM Horizons

Anne-Marie CAMPAN (Horizons), Arlette WEILL (ETRE) et Julie GASTON (ETRE) lors de la signature de la convention.

Pour ceux qui ne connaissent pas la nature ou le fonctionnement des groupes d’entraide mutuelle, les concepts de parrainage et de gestionnaire peuvent paraître absconses. Ce ménage associatif à trois s’est forgé au fur et à mesure de l’histoire des GEM. Au début, les groupes avaient obligation d’être parrainés. La loi de 2005 et le Cahier des charges qui suivit imposaient ce système. Pourquoi ? Parce que le législateur, au début des années 2000, partait du principe que des personnes en souffrance psychique ne pouvaient initier une structure et encore moins la gérer.

Plus un souci de bienveillance que d’infantilisation mais tout de même une forme de stigmatisation et une volonté de contrôle (« surveiller et punir »). Si la perception de la santé mentale a évolué en une dizaine d’années et continue de progresser avec le développement des conseils locaux en santé mentale ou la pairaidance, c’est surtout les abus de certains parrains qui ont poussé le législateur à revoir sa copie par deux fois, pour arriver à ce fonctionnement tripartite.

En 2017, Horizons est parvenu à se faire parrainer par la délégation tarnaise de l’UNAFAM. Marie-Élisabeth Soulié s’était engagée pour la durée de son mandat de déléguée départementale. Celui-ci est arrivé à termes récemment. Très sympathiquement, l’association ETRE – ADEPAPE 81 (Association Départementale d’Entraide des Personnes Accueillies en Protection de l’Enfance « Pupilles de l’État et Autres Statuts ») a proposé de prendre la suite. Considérant les valeurs d’écoute, de tolérance, de respect et d’entraide d’ETRE, et suite à de bons premiers contacts, une convention de parrainage a été établie et signée le 5 juillet 2022 pour deux ans.

Anne-Marie CAMPAN, présidente du GEM Horizons, et Arlette WEILL, présidente d’ETRE, n’ont pas hésité à ratifier cette convention devant les gémois et en présence de Julie GASTON, vice-présidente d’ETRE, et de Sylvie CLUZEL, cadre de direction au sein de l’EPAS de l’APAJH du Tarn (gestionnaire d’Horizons).

Les termes de la convention en disent longs sur l’état d’esprit d’ETRE : il s’agit d’accompagner et d’autonomiser, dans un rôle de conseil et de médiation. On est donc loin de la tutelle quasi patriarcale du début des années 2000, on est même à l’opposé ! Et ce, pour la plus grande satisfaction des gémois et aussi du gestionnaire. Des passerelles sont déjà établies entre ETRE et Horizons : par exemple, Jade, psychologue de l’ADEPAPE 81, qui vient animer un groupe de parole pour les gémois in situ.

De même, face à la recrudescence de la COVID, le GEM, son parrain et son gestionnaire, ont pris la décision d’imposer le masque au 18 rue Mozart, et de limiter à nouveau l’accès au repas à dix personnes.